L'un des débats

Publié le par Marie Rennard

qui agitent la Suisse, décidément toujours enfermée dans sa bulle, concerne l'inhumation de Griselidis Real au Cimetière des Rois.
Le cimetière des rois, c'est un peu le père Lachaise des Helvètes, encore qu'il y ait sur le territoire de la confédération helvétique tant de défunts célèbres qu'on a dû les disséminer un peu partout. Mais bon, on trouve aux Rois les plus fameux des fameux, de Calvin à Borges en passant par Davy, Lachenal, Piaget ou François Simon.
Or donc, les édiles de la ville ont décidé de faire une place dans ce cimetière à madame Réal, essentiellement connue pour avoir pris la tête de la "révolution des prostituées" dans les années 70 à Paris, et à partir du début des années 80 en Suisse.
Une partie de ceux  et celles qui l'ont cotoyée vantent son humanité et son courage, ainsi que ses qualités d'écrivain. D'autres, témoins eux aussi de son activisme, émettent de solides réserves.
La question qui est au coeur du débat est simple. Ses qualités d'écrivain, discutables (ses livres sont des autobiographies, certainement intéressantes du point de vue du témoignage mais loin des oeuvres littéraires d'un Borgès) ne justifient pas son entrée au panthéon. Son activisme, son militantisme visant à faire reconnaître la prostitution comme un libre choix et, selon ses propres termes, un acte révolutionnaire, n'apparaissent pas forcément à tous - et surtout à toutes, comme le meilleur moyen de défendre la cause des femmes.
Alors, les os de l'égérie des péripatéticiennes doivent-ils cotoyer ceux des grands auteurs, scientifiques ou artistes qui reposent tranquillement dans les allées ombragées du Cimetière des Rois ?
Très franchement, qu'est-ce que ça peut bien foutre ? Ne serait-il pas plus judicieux, pour les uns et les autres, d'employer leurs énergies à soulager la misère des femmes (et des hommes) effectivement contraints (tes) à la prostitution, par la force ou par la misère, plutôt qu'à se battre autour d'un symbole dérisoire ?

Commenter cet article

Chris 20/04/2009 10:40

Parce que je défendrai toujours le droit A NE PAS se prostituer que ce soit pour bouffer, payer son loyer, faire ses études etc, les contraintes économiques étant aussi violentes que les macs (et ça ne va pas s'arranger), qu'il m'est impossible humainement parlant, de causer de prostitution avec légéreté- cause t'on de l'esclavage des noirs de cette manière?? Non, je ne crois pas. Pourtant il s'agit du même commerce de viande humaine (la prostitution consentie est extrêmement minoritaires). Et parce qu'il est toujours mieux d'avoir plusieurs sons de cloches, je vous invite à aller lire cet article qui parle du fameux site 'Les putes":

http://mauvaiseherbe.wordpress.com/2008/03/29/touche-pas-a-mon-client/#comment-300


Alors oui, la nana est féministe. Je ne crois pas que ce soit non plus une tare, même si depuis quelques années ça fait tâche de prétendre l'être (merci les chiennes de garde). On peut l'être, je le suis, sans avoir de poils aux jambes ni détester les hommes. C'est justement parce que je les aime que j'aimerai vivre en harmonie avec eux.

orlando 29/03/2009 22:15

Au fait croyez-vous que Grisélidis,comme d'autres prostituées "par choix"(choisit-on d'être ouvrière, paysanne?) se foutent de laprostitution forcée?Qu'ellesn e sontpasau courant et plus que nous? Que leur action n'en a pas tenu compte? Cene sont pas des connes, loin de là! Eles militent aussicontreles atteintes aux droits de'lhomme et des femmes.Voir aussi le site "femmes de droit"...

orlando 29/03/2009 22:05

bin pourkwa konpeupaliles komm mentairs?

orlando 29/03/2009 22:02

Au fait...Grisélidis Réal est aussi un vrai écrivain!Cefut une femme étonnante! Une révoltée constructive,une solide fragile et une fragile solide!
En plus lle horripilelespseudo féministesgenre bonnes oeuvres révulsées par le sexe et que cela met sérieusement en jeu dans leur tranquillité bourge!

orlando 22/03/2009 20:05

MAria Kodama,par exemple..