Chamallow

Publié le par Marie-Christine Buffat


 

Trois petits mots écrits sur un mail, send, je t’aime. Réception, je respire. Ça sent bon l’avenir. Flash-back sur nos nuits, ton regard, ta bouche. Tes lèvres quand elles bougent et me soufflent : on ne se quittera jamais, hein ? Pas tout de suite, pas encore. Et pour aller où d’abord ? Dans un monde sans ton rire qui éclate et résonne, tourbillon de confettis, tournicoti tournicota, qu’est-ce que deviendrait mon coeur sans toi ? Moi, je ne sais pas m’en occuper, il est trop délicat. C’est un cœur menteur, il ferait semblant. Il jouerait les durs, celui qui s’en remet, celui qui n’a pas peur, mais nous, on saurait bien que ce n’est pas vrai. Regarde-le cet abruti, à s’emballer dès qu’il reconnaît ton pas. Il tape, tape, "couchez" le pépère ! Pour un peu, il pisserait par terre. Tu ne le vois pas ? Mets ta main, juste là, sur mon sein. Ne t’y fie pas, il se cache, se terre, sous ma fière poitrine, barricade illusoire mais ô combien utile. Alors que tant d’autres se sont perdus sur ces monts, si peu ont creusé un peu plus profond, mettant à vif cet incorrigible sensible, bien planqué sous l’amas d’artifices arrogant. Tu le sens ? Parfois il s’emballe, quand il est content, comme lorsque ton nom s’affiche sur mon portable. Je le calme un peu, lui dis : "attends mon vieux, tu te précipites, attention au précipice ! S’il venait à te lâcher du haut d’une falaise, pour une grosse vache au regard de braise ?" Je le blâme, hors de question d’être trahie par mon propre organe. Et pourtant il exulte dès qu’il t’aperçoit. Ta démarche, ton odeur, le son de ta voix. Lorsque ma main caresse ta peau, cet ignoble crétin se prend pour un chamallow. Alors te quitter, à vrai dire je n’y songe pas. Il faudrait, promis tu te tais, que mon cœur puisse battre sans toi.

Marie-Christine BUFFAT

Publié dans Polésies

Commenter cet article

Sophie 06/03/2009 13:15

Marie, quel beau texte... Ça me donne vraiment envie de te lire encore et plus... et d'appelr mon chéri.

Marie-Christine 03/03/2009 15:52

@Mariléti : ouais, ça dépend des jours. Tu sais, l'humeur des filles...
@ Kiki : l'ai dépoussiéré en soufflant juste un peu dessus. L'était comme neuf, l'avait pas beaucoup servi...
@ Théobald : merci ! En plus, les fleurs, ça se mange pas, alors que l'amour passe par l'estomac.
@ Filleke : oui, c'était une de mes démangeaisons passées
@ marie : des fois, l'anglais, c'est bizarre.

marie 27/02/2009 19:00

low and how.
c'est con, ça rime même pas. pourtant, ça devrait.

Filleke 26/02/2009 09:09

ça me rappelle quelque choseee...

Théobald 25/02/2009 23:29

J'vous ai apporté mon chamallow
Passque les fleurs c'est périssable ...


[N'empêche que ... ben joli, franchement. Lu, relu, goûté.]