La victoire du melting pot.

Publié le par Marie Rennard

Princesses, Princes, et roturiers, il n'entre pas dans mes vues de vous infliger un cours d'histoire de l'Amérique. Des Amériques. Laissez-moi cependant revenir un instant sur ces deux "théories" opposées de l'Amérique que sont l'Assimilationisme et le Melting Pot.
Pour les assimilationistes, tout immigrant aux USA devrait se fondre dans le modèle dominant, le leur, celui des WASPs - White Anglo Saxon Protestant, prétendant régir non seulement la culture, mais la langue, la religion, et la couleur. L'amérique était et devait rester sous la férule (vous me ferez penser à vous causer de la férule, je veux pas digresser là) qu'ils avaient imposée aux natives, désormais parqués sous bonne garde, n'ayant pu acquérir assez de couleur locale pour prétendre se fondre dans la masse. Les noirs, pour les mêmes raisons, étaient soigneusement contenus dans leurs ghettos.
Tenez, pour le symbole, James Meredith, premier étudiant noir dans une université blanche, c'était en 1961. Vôtre année de naissance, la mienne, celle d'Obama aussi, à peu de choses près.
Sans les acharnés défenseurs du Melting Pot, de cette idée de l'Amérique qu'on croyait muselés à jamais par les lobbies industriels, découragés, sans la persévérance de ces gens qui partout se sont battus pour l'égalité, pour la fin d'une ségrégation aussi efficace que l'Apartheid, et pour que la richesse émerge du mélange des cultures, naisse de la diversité et de la tolérance, l'Amérique aurait tué son rêve.
Hier, les Américains ont dit, à une majorité sans précédent, qu'ils rejetaient dans les ténèbres d'où ils n'auraient jamais dû sortir les obscurantismes de tout poil.
Hier, ils ont désavoué les bâtisseurs de murs, les tireurs de métèques, les néfastes exaltés.
Alors tout le monde sait bien qu'Obama is not magic, que Sauron n'est pas mort, mais merde, pour aujourd'hui, s'il vous plaît, laissez-moi rêver, sourire, et avoir une pensée pour Gilles, mon copain de Swans, qui est, il y a des années, parti porter ses aspirations réformistes en Californie, et n'a cessé de se battre au cours des derniers mois pour un autre changement - bataille perdue d'avance, en soutenant la candidature de Ralph Nader.


Marie RENNARD

Commenter cet article

marie 09/11/2008 08:45

Bonjour m'sieur THC. Ravie de vous trouver ici. Vous souvient-il d'un mail que vous m'avez adressé voici quelques semaines où vous disiez "j'arrive". J'attends.

thco 08/11/2008 23:34

le mauvais côté de la chose c'est que Sarah Palin ne sera pas vice présidente car il me semble qu'elle nous aurait bien fait marrer...

Marilé 06/11/2008 08:45

Ouais ça donne la pêche. On sait jamais, peut être que le PS va nous sortir un Obama de derrière les fagots, un homme (une femme les français veulent pas c'est po la peine hein) providentiel ... Let's have a french dream.

Théobald 05/11/2008 23:40

Ici en France on a un Hortefeux qui dit "L'intégration est à bout de souffle".

Même qu'il le dit à Vichy.

Personnellement, je trouve qu'il a raison, on ne peut pas nier qu'il y a des immigrés qui foutent la merde et qui n'aiment pas la France. Y'a surtout un Hongrois que je foutrais bien dans le premier charter disponible.

...

On se réjouit beaucoup de ce que ces Etats-Uniens aient réussi à voter pour celui qu'ils assimilent à un noir. Personnellement, je suis encore plus étonné qu'ils soient parvenus à choisir un type plutôt brillant intellectuellement. Nous avions un peu perdu l'habitude.

Kiki 05/11/2008 15:27

I agree total, aujourd'hui on a le droit d'être tout smile! Après bien sûr qu'il va avoir fort à faire, Barack, mais, putain, aujourd'hui, c'est fiesta!