Utile Dulci…

Publié le par Marie Rennard

Pour les ignorants, ça signifie joindre l’utile à l’agréable.

Pas si facile, me direz-vous, tant l’utile souvent demande un effort qui exclut toute notion d’agréable. C’est la raison pour laquelle je lui préfère, sans remords aucun, l’Inutilis Dulci, dont vous devriez arriver à percevoir le sens sans trop vous casser le cul, et les authentiques latinistes sont priés de pas venir me titiller la déclinaison, vu qu’on peut pas attendre bien mieux d’une housewife qu’un latin de cuisine – et que je suis en plus bien piètre cuisinière.

Rien n’égale en plaisir donc, l’Inutilis, le Gratuitus, l’effort consenti au service de l’improductivité.

Intéressant et presque savant préambule hein ? Mais quelle plus grande satisfaction y a-t-il en ce monde que de détenir dans le plus grand secret un savoir obsolète, tellement que jamais il nous servira à briller durant un entretien d’embauche ou à intéresser, même fugitivement, nos collègues en salle des profs, cocktail de départ en retraite ou au long de ces week-ends de séminaires dans des châteaux relais équipés d’un golf et d’un kart indoors pour les plus mieux professionnellement lotis ?

Si donc, vous aimez l’incongru, l’improbable, le désuet et que l’à peu près ne vous fait pas peur, je vous engage à aller lire, ou relire, ce fabuleux ouvrage qu’est le Dictionnaire Arbitraire de Moi, qui continue à stagner dans son coin en attendant le jour où on se battra chez les libraires pour en acheter un exemplaire. Anda, lisez-y donc, et causez-en assidûment autour de vous, histoire que fama volent un peu plus loin, et que cet ouvrage de haute tenue devienne, enfin, une référence de la francophonie.

 

Publié dans Culturons-nous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

orlando 06/10/2008 02:31

C'est pas un zazar que la Marie elle cause du latin de cuisine! Hé hé, dans la lignée des auteurs qu'elle aime, ,il y a le mouvement macaronique (de mavaire, heureux! Eh oui, le macaroni, le macaron rendent heureux) et le cuisinier Merlin Coccaie, personnage attachant, folfingue déterminé que dont auquel elle devrait lire, la Marie!

Kiki 26/09/2008 16:15

@Marie: je suis allée lire "acculer", coz c'est un peu comment je me sens tout de suite! J'm bien piocher dans ton dico, au pif et selon l'humeur du moment: y'a toujours un truc à prendre et à apprendre plus beaucoup à sourire. Et tu fais bien de le passer ici!
Quant au Passant, ça a été un bonheur de trad, de l'easy et du fluide avec tout un tas d'émotions dessous. Puis, y'avait comme un petit écho avec ce que je vivais à l'époque d'où une bonne alchimie (dans ma tête tout au moins!) Et oui pour la causette despues. Merci de ta lecture, beezoos.

Mariléti 26/09/2008 09:23

Ben tiens on va se gêner !!!!!
J'adore le principe, et j'ai moi même par devers moi quelques connaissances absolument inutiles et rigoureusement chiatiques au non initié que je ne cultive plus assez, hélas

marie 26/09/2008 09:21

dites les filles, on a le droit à l'auto-pub hein ?
PS : kiki, j'en suis à la moitié du passant. j'ai pas lu la vo, mais ouaou, la vf est superbe, et ça nous donnera l'occasion de recauser de la neutralité du traducteur, même si finalement c'est un sujet qui n'intéresse qu'eux.