Faisons des enfants

Publié le par Marie-Laetitia Gambié




"Nan la banane je la veux pas en entière !
- en entier mon amour. Pourquoi donc ?
- elle est toute marron et elle pue, chui sure qu'elle est pourrie.
- mais enfin rossignol de mes jours (on ne dit pas "puer" sauf quand on parle de tes chaussettes, trésor), penses-tu que ta mère adorée oserait faire franchir le seuil de tes lèvres à une nourriture autre que tip top moumoute d'la mort qui tue ?
- elle est moche et elle sent trop fort. Pourquoi tu nous donnes toujours des vieilles bananes ?
- ô paisible enfant dont la rosée du matin vient nimber le front et démêler les cheveux dans son sommeil, parle meilleur à ta mère fatiguée qui vient de faire le repas après le ménage et une journée atroce au bureau couronnée par une suppression de train et un voyage en fourgon à bestiaux ; ceci, chère enfant, n'est pas une vieille banane, c'est une banane très bien mûre, nuance ; et pi d'abord y'a rien d'autre en dessert.
- .... j'la veux pas en entière, j'veux une moitière.
- ma douce rose, déjà et d'une on dit pas "jveux pas" quand maman est de mauvais poil et n'a pas pu aller faire de courses rapport que comme une quiche elle reste tout à fait connement et irrémédiablement dépourvue de permis de conduire, et pi, et disons que ça ferait et de deux, on dit pas "moitière" mais moitié , et pour finir et répéter parce que la pédagogie c'est l'art de rendre les enfants réceptifs en répétant cinquante fois la même chose (jamais compris le principe ...) y'a rien d'autre ce soir le dessert c'est banane et point barre !
- ouais ben si c'est comme ça j'en prends pas de dessert, elle est moche et pourrie."

A ce moment-là, femme, de cet échange qui ne préfigure qu'au centième ce que l'adolescence de ta première née te réserve, prends sur toi, si si crois-moi, prends bien fort sur toi, retiens la torgnole pour des jours plus fastes. Respire un bon coup et tâche de te rappeler cet instant de grâce, tout à l'heure, lorsque ta petite qui s'était fait un fort vilain bobo est venue se blottir dans tes bras toute tremblante et, d'un geste mécanique, t'a attrapé le sein gauche comme s'il lui appartenait. Voilà, reste sur cette fabuleuse impression. Zennnnnn. Aooooôôôôômmmmm. Tu te lèves de table et débarrasses et tu passes à autre chose, après tout, la banane c'est pas toi qui l'as faite hein ? Quelle importance ?

"Maman ?
- oui mon ange ?
- c'est obligé qu'on a des petits seins si sa maman elle a des petits seins ?"

....

Aooooooooôôôôôôôômmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm.

Publié dans Nos lardons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

orlando 14/10/2008 09:31

Imaginez ce type de dialogue entre adultes, dans un couple: démarrage d'une scène... Ce type de rapport doit être combattu avec énergie! Sinon, le malheur n'est pas loin!
Et puis il faut de la science! Elever! Et dire à cette petite fille que lorsqu'on à une mère à petits seins, ,on risque de se retrouver avec d'énormes seins (taille 225 bonnets w)roses à pois violets et qui puent! Avec des tétons en choucroute! Le seul remède étant de manger des bananes mûres!

orlando 06/10/2008 09:24

Alors, si on a le droit de battre les enfants, pourquoi protéger les femmes battues? Et ne pas encourager les battants! La violence faliliale est terrible...
En 1990, en septembre, la France a adopté la charte des droits de l'enfant.C'était un des mes combats. Ca l'est devenu d'une façon personnelle... Apprenons à v ivre ENSEMBLE et non en juxtapositions, séparés par la violence ou les sarcasmes, l'humour de fuite genre série amerloque!
Le dialogue de la banane équivaut à un déclencheur de scène de ménage (voir un excellent ouvrage dont auquel)... LE problème est que ce type de dialogue ne doit pas avoir lieu! on le désamorce et là, l'humour est possible! Sans l'agressivité née de la tolérance à l'insolence: Personne n'oserait parler ainsi à un étranger.. Alors, pourquoi en famille? Quels sont les enjeux?

LA violence familiale est une! Après, on doit gérer...Dans les cas graves, on rame t on fils Lucien se remet, ne fait plus de cauchemars atroces... Commence à parler... A reprendre un peu l'estime de soi...IL était frappé à coups de tapette à mouches, de planche à couper le saucisson au cours de tituels punitifs tandis qu'on lui disait "t'es de la merde, tu finira en HP oou en prison"... Sans aller jusque là, tous les coups font mal et encore plus le mépris, la hargne qui vont avec... Ne laissons pas la domination politique s'inscrire dan sl'intime de n os vies: Disatnce et respect... Moi, si j'osais, j'instaurerais le voussoiement..Une autre tendresse, un autre regard.
Que les mains caressent...Les miennes ont essuyé trop de larmes...

Mariléti 28/09/2008 16:10

@Kiki> ouais c'est une variante intéressante de la purée de bananes ...

Kiki 26/09/2008 16:17

Mag a bien vu le truc, c'est exactement ce que j'avais envie de faire à ta chtite, perdoname mama, lui coller cette putain de banana sur la tête! ;)) Bravo pour le stoïcisme maternel et merci pour le sourire!

magali 26/09/2008 11:42

@alexis: je ne savais pas que tu avais subi le traumatisme du palmier sur la tête... décidemment, ta maman avait bcp d'imagination pour te faire bouffer des bananes! ;-)