Orbilianisme.

Publié le par Marie Rennard

Le dessin de Mag de l'autre jour m'a remis en mémoire cette petite évocation d'ancestrales méthodes d'éducation, que je vous ressers sans vergogne parce que comme elle a au moins trois ans personne ne s'en souvient plus. Je précise que c'est paru en anglais sous le titre d'Orbilianism dans la revue trimestrielle American Drivel Review (A unified field theory of wit), dont je vous recommande la lecture assidue. On peut s'abonner sur leur site : http://www.americandrivelreview.com/

Cette semaine, j’ai testé pour vous l’orbilianisme, cette méthode d'éducation des jeunes générations mise en vigueur sous Horace[1] et aujourd'hui méprisée, décriée par les pédagogues au point qu'elle a même été bannie dès 1998 du système scolaire anglais duquel elle était connue sous le nom de « whipping system » ; en clair, la méthode de la schlague et du fouet.

J’en ai usé à titre d’expérience – avec modération toutefois- sur l’un des enfants que j’ai inconsidérément conçus voilà déjà quelques années, pour tenter de combler certaines lacunes qu’il traîne depuis deux ans.

Après tout, qui ne tente rien n’a rien.

J’ai choisi le benjamin, qui n’a pas dix ans, parce que les risques m’ont paru moindres qu’avec l’aîné qui en affiche seize. Mon petit bouchon avait, jusque là, les démêlés d’usage avec la table de sept.  J’ai prévenu lundi dernier que j’allais mettre des baffes quand on ne répondrait pas « quarante deux » dans les trois secondes suivant mon « six fois sept ». Au début, il a rigolé, il n’y croyait pas, mais quand je lui ai mis la première baffe, il a pleuré tout de suite. Je lui ai demandé pourquoi, et il a répondu qu’il pleurait parce que je l’avais frappé. Là, j’ai usé de pédagogie moderne, je lui ai expliqué que je l’avais frappé parce qu’il ne connaissait pas la réponse à « six fois sept », et il a très vite fait des progrès. Dès mardi, il connaissait toute la table de sept. Alors on a attaqué les passés simples du troisième groupe. Il a encore du mal, mais je crois que ça va venir.

J’avoue que la tentation est grande de tester la même méthode sur son frère aîné, qui après avoir redoublé sa seconde, a été, à la rentrée dernière, admis par défaut en première littéraire. Il arrive, quand j’use de coercition [2], qu’il fasse ses devoirs, et rende l’une ou l’autre dissertation ou commentaire requis par l’enseignante. Des torchons, le plus souvent, où l’on peut lire « qu’avoir une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine » signifie qu’il vaut mieux être beau qu’intelligent ; où il cite en référence « Les Fleurs du Mal » de Beaumarchais, ou qualifie les femmes savantes de « tyrandes ».

Je pourrais peut être obtenir des progrès si je tapais dessus, mais j’ai peur que ça ne marche que si on commence quand ils sont tout petits. Il faudrait que je me renseigne, Pavlov, avec ses chiens, il ne s’est jamais fait mordre ?

--
[1] Orbilius était le nom de son maître.
[2] Je somme son père de couper le faisceau qui alimente – sans fil !- l’ordinateur à l’étage.

Publié dans Dura lex

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

orlandoderudder 06/10/2008 02:44

Le mieux est d'être riche! On envoie le môme en Angleterre dans un collège hors de prix, pas chauffé av ec bouffe infâme et chiche...là, on cogne rituellement à coups de canne et la bourgeoisie en est fière, y compris les mômes! ar il y a une différence entre un coup donné parce qu'on fait partie de l'élite et que ça forge le caractère et un coup donné parce qu'on est un sale petit con de merde!
Là dessus, faudrait faire attention... Je récupère un enfant maltraité. Un enfant humilié...Enfin, un ado... Et ce n'est pas rigolo...
Et rien, ne justifie la moindre baffe! Ca suffit! C'est aussi famillier que les vannes et autres sarcasmes blessants.Ca détruit. C'est moche.Et l'on doit VRAIMENT s'interroger sur soi-même dès qu'on frappe! Quel est ce monde de familliarité vulgaire où l'on se permet, avec ses proches, enfants, conjoint, des conduites de goujat qu'on n'oserait infliger à personne d'autre? Pourquoi se permet-on de ne pas respecter ses proches? Allez donner des baffes à votre patron! Pas à vos mômes!
Putain, merde, zutre! C'est en famile qu'on devrait se respecter!

marie 25/09/2008 13:00

mmmm...

Marie-Laetitia 25/09/2008 10:46

J'dirais même que c'est de l'ordre du fantasme 'spas Marie ?

Kiki 24/09/2008 07:51

Me fais pas des frayeurs comme ça! J'en ai connu des profs (souvent des anciens Michelin d'ailleurs, recyclés dans l'éducation nationale) qui voulaient nous faire entrer le savoir à coups de taloches et de règle en fer!

marie 24/09/2008 07:38

ho, kiki, c'est des conneries, pas du témoignage.