Werner Lambersy – Petits Rituels sacrilèges

Publié le par Irène Grätz

Epatant petit livre que celui-ci ! Quel plaisir de lecture que celui ressenti grâce à la découverte des "petits rituels sacrilèges" !

 

De Lambersy, Marcel Moreau dit qu'il est poète indispensable, dispensé de silence, sachant silence chanter.
Lambersy égrène les funérailles, les épousailles, les relevailles, les jouvençailles, le couple, la conscience, l’éveil comme autant de petits rituels indispensables et sacrilèges. Pour nous rappeler aussi la fonction symbolique de certaines choses, dans ce qui est le "libre amour".

 

Chaque mot, chaque phrase, chaque chanson de ce recueil est un délice mais aussi une ouverture.

Sans compter que ce livre, aux éditions de l’Amourier, est un si bel objet, de papier, d’encre et tout, et tout. Je suis séduite.

Alors, je vous laisse lire...
 

Des épousailles…
"Voici comment deux êtres qui s’aiment se promettront l’un à l’autre. D’abord, ils se mettront d’accord sur un lieu très retiré. N’importe lequel, mais que leur entente là-dessus soit parfaite ! Qu’ils s’y rendent ensemble. Ils y dormiront sans faire l’amour, même si cela leur est déjà familier. Ils s’éveilleront avec l’aurore et leur premier regard sera pour eux. S’aidant mutuellement, ils se dévêtiront. Le petit caillou, semblable à un œuf de caille, qu’elle aura pris soin d’apporter, c’est elle qui le donnera. Lui, le lavera de son urine, puis le frottera de son sperme, et cet objet encore un peu tiède, elle l’introduira délicatement en elle. L’homme ne se montrera pas jaloux de cette pierre car elle est née des astres avec l’ensemble de l’univers. Quand le jour sera tout à fait levé, elle retirera d’elle ce signe de son consentement et dira en le rendant ; oui, je porterai ce poids ; oui, je réchaufferai et réveillerai cette vie ; oui, cette lave immobile qu’est la promesse, je la mettrai en mouvement pour toujours. Son compagnon mettra cela en silence dans sa bouche, et tous les deux se sépareront après s’être rhabillés."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

orlando 17/07/2008 18:44

Hé oui, ce vieux Werner continue! C'est un grand!